Détentions scandaleuses à l’aéroport de Zurich

Appel du « Collectif R »

(Voir plus bas l’évolution depuis le 27 octobre)

26 octobre 2018:
Une vingtaine de personnes kurdes sont actuellement détenues à l’aéroport de Zürich en vue de leur expulsion vers… l’Afrique du Sud!!! En effet, le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM), à l’appui d’arguments tout à fait abusifs a justifié le fait de ne pas examiner les demandes d’asile de ses personnes.
 
Les personnes concernées vivaient en Irak, en Syrie, en Turquie et au Kirghizistan. Toutes ont dû s’exiler pour des motifs liés à leur origine kurde. Parmi elles se trouvent 4 familles, le politicien Osman Erdal et le journaliste Mustafa Mamay, pour lequel Reporters sans frontières et la « European Federation of journalists » se sont déjà mobilisés. Toutes ont demandé l’asile en Suisse dès leur arrivée à Zurich, afin de pouvoir trouver protection aux persécutions subies.
 
Pourtant, en très peu de temps, TOUTES ces personnes ont reçu de la part des autorités suisses, un refus d’examiner leur demande d’asile sur le fond, arguant que leurs dossiers pouvaient être traités par le pays tiers sûr par lequel elles avaient transités. Cette décision ressemble fortement aux décisions de non entrée en matière rendues dans le cadre du règlement Dublin III.  Sauf qu’ici, le pays de transit en question est l’Afrique du Sud (!!) qui aux dernières nouvelles ne fait pas partie dudit règlement!!
 
En rendant cette décision, le SEM semble naviguer en eau trouble. En plus du caractère légalement douteux des décisions de non-entrée en matière, il argumente dans une des décisions que l’intéressé peut retourner en Afrique du Sud car c’est un Etat tiers sûr et que l’intéressé y a déjà « séjourné » (art. 31 al. b point c LAsi). Pourtant le SEM reconnaît également que son « séjour » en Afrique du Sud n’a duré que « 3-4 jours »!!!
 
Au-delà de la violente absurdité des décisions, les autorités suisses détiennent ces familles en toute illégalité! Encore récemment, le Conseil fédéral prenait position sur la détention administrative en précisant que « …l’application de mesures de contrainte aux familles et aux mineurs relève de l’exception […] La détention administrative relevant du droit des étrangers est exclue pour le mineurs de moins de 15 ans. » Pourtant, les familles – qui, par ailleurs, sont, pour certaines,  détenues à l’aéroport de Zurich depuis plus de 40 jours – ont des enfants de 3, 5, 6, 8 et 13 ans, la plus jeune est à peine âgée de 2 ans!

Les conditions de détention sont insupportables, surtout pour les enfants qui n’arrivent même plus à manger les repas proposés.
 
Il est urgent de réagir, certaines des personnes détenues peuvent être déportées dans de brefs délais!
 
Nous appelons les personnes solidaires et les organisations à se mobiliser !
 
Nous appelons les médias à ne pas maintenir dans l’ombre ces pratiques totalement immondes dont nous avons eu échos grâce à quelques réseaux de soutien!
 
Toutes les personnes concernées doivent être libérées immédiatement et leur demande d’asile doit être examinée en Suisse !

Plus de détails sur cette décision contestable

 

27 octobre 2018 : Evolution de la situation
Sans que nous en sachions la raison exacte et le rôle des pressions exercées de part et d’autres sur les autorités, il semblerait (nous l’avons appris aujourd’hui) qu’une partie des familles ont été libérées. Ouf!

Toutefois, une famille avec plusieurs enfants, le journaliste Mamay et un homme seul concerné sont toujours en détention.

De plus, du fait que tout le monde n’a pas encore été libéré, la situation de l’ensemble de ces personnes n’est pour l’heure pas encore clarifiée et le SEM ne semble pas être revenu sur ces décisions de renvoi extrêmement graves et arbitraires!

 

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.