« Les enfants nés sur un bateau de sauvetage méritent autant notre compassion que ceux qui naissent dans une étable entre un boeuf et un âne gris »

Lettre de Manon Schick, directrice d’Amnesty Suisse, parue dans le journal 24h le 18 décembre 2018

 

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *